7 février!

En cette année 1986, les masses populaires, trop heureuses d’avoir pu s’enlever le carcan de l’obscurantisme et de la répression barbare à la tête de l’État, ne s’étaient pas proposées d’en assumer elles-mêmes les rênes. Une certaine lucidité de fond cependant, instinct de camps, pointait des objectifs de leurs intérêts: “Dechoukaj!, Changer l’État, Justice sociale…”. Totalement inorganisées, confuses et perdues dans un certain “démocratisme” qui avait alors envahi la scène politique, elles ne savaient que faire. Elles ne pouvaient le savoir de toute façon: la compréhension collective d’une conjoncture n’est pas donnée, encore moins sa résolution; même si d’innombrables aînés, plus ou moins proches, avaient tenté d’en indiquer le chemin.
En réalité, les contradictions que ce nouvel essai d’implantation du capitalisme apportaient, ne se situant jusqu’alors que principalement au niveau des classes dominantes, les masses ne pouvaient avoir de levier suffisant pour porter leur propre point de vue sur la question au niveau du politique, même si elles étaient, comme toujours, les principales victimes des remous en cours.
Aujourd’hui, avec l’occupation, cette période se clarifie. Le long processus se dévoile de plus en plus et se comprend donc mieux.
Nos “Réflexions pour une conjoncture progressiste” essaient de préciser les contours de cette situation. Avec pour objectif, non seulement d’y apporter une meilleure compréhension mais surtout d’en tirer les leçons nécessaires pour la résolution profonde que la polarisation accélérée exige.
Ayant aussi atteint le moment de clarté où le fameux “développement” est enfin posé en tant qu’axe majeur, il nous aurait fallu nous y attarder spécifiquement. Loin des sentiers battus ou de l’entendement mécanique (et en général fort simpliste), Pierre Philippe Rey, dans la préface de son livre “Alianzas de classes” (1976) nous aide de façon limpide à saisir le fonctionnement de ce concept “pervers” et nous en décrit le véritable lieu d’achoppement: le “sous-développement”. Nous en avons traduit et adapté quelques extraits, (en kreyòl pour une meilleure utilisation future).
Vingt-huit ans après la fin du retard forcé et le déblocage d’une nouvelle situation, celle des “droits démocratiques”, il nous semble de la plus haute importance de se pencher sur ces points de vue qui se complètent en essayant de nous aider à dépasser la confusion idéologique que les dominants de tous genres n’ont cessé de nous infliger.
Advertisements
Aside | This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s