ALERTE!

Mis au courant d’une rencontre au sommet qui se réaliserait à l’hôtel Oasis entre les représentants de l’État, du CSS et des représentants des principales marques de vêtement qui font leurs commandes dans le pays et, enfin, des négociants de la Loi Hope-Help, les ouvriers et ouvrières du textile, en manque de confiance – et pour cause! – au sujet de leurs “délégués” au CSS  (en effet, ces derniers, non contents de n’avoir pas respecté le mandat qui leur avait été octroyé et signé la proposition… bourgeoise, ont pris la presse pour défendre du bec et des ongles cette position!) rejetant donc dès lors cetdangerte “représentativité”, les ouvriers et ouvrières des usines-enfer de la sous-traitance se sont encore une fois en très grand nombre mobilisés en direction de l’hôtel en question.
Mais, malheureusement, cet hôtel se trouve à Pétion-Ville. Or, comme les dernières manifestations de l’opposition nous l’ont plus que clairement renseigné: les manifestations populaires, à moins qu’elles n’appuient aveuglement le pouvoir bourgeois en place, n’ont pas droit à cet espace!
En effet, d’abord à Delmas 48 puis à la rencontre de Musseau qu’ils ont emprunté et la route de Bourdon, la PNH leur a encore systématiqument barré la route.
Pétion-Ville, lieu donc de “non droit” par excellence ! À preuve, s’il en était encore besoin, les petites marchandes et autres vendeurs ambulants y sont eux-aussi délogés systématiquement, des trottoirs comme des marchés populaires.
Pris de court, les manifestants ouvriers essayèrent alors de descendre à nouveau vers le parlement pour y porter plainte, tout en dénonçant à la presse en général cette interruption arbitraire. Mais, là encore, ils furent bloqués un peu plus bas, la police dispersant alors carrément la manifestation: la répression de classe s’affirme!
Encore une fois, la question “salaire” nous indique les priorités de ces dominants anti-populaires, anti-nationaux.
BATAY LA FENK KÒMANSE !
Advertisements
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.